Biographie

Kimiko Date (伊達 公子, Date Kimiko), née le à Kyoto, est une joueuse de tennis professionnelle japonaise. Elle mène une première carrière sur le circuit WTA à partir de mars 1989, et ce jusqu'en septembre 1996, date à laquelle elle déclare prendre sa retraite sportive à seulement 26 ans. En avril 2008, elle annonce son retour à la compétition (dans un premier temps uniquement sur le circuit ITF), alors âgée de 37 ans et 7 mois. Elle prend définitivement sa retraite après l'Open du Japon 2017 à 46 ans.

Elle a pris le nom de Kimiko Date-Krumm (クルム伊達公子, Kurumu Date Kimiko) à la suite de son mariage, en 2002, avec le pilote automobile Michael Krumm.

Première partie de carrière (1989-1996)

Trois fois demi-finaliste dans les tournois du Grand Chelem, Kimiko Date a remporté sept titres en simple pendant sa courte carrière, dont quatre fois l'Open du Japon. En 1996, à l'occasion du premier tour de la Fed Cup, elle a notamment battu Steffi Graf, alors numéro un mondiale ; elle compte également deux succès face à Arantxa Sánchez.

Quatrième mondiale le 13 novembre 1995, ce classement est alors le meilleur jamais atteint en simple par une Japonaise. Il sera battu par Naomi Osaka, qui devient numéro un mondiale en 2019.

L'année suivante, à 26 ans, elle officialise sa retraite sportive.

Deuxième partie de carrière (2008-2017)

Kimiko Date-Krumm fait une première réapparition en double dames sur un court de tennis en septembre 2002, à l'occasion de la Coupe Toyota Princess. Début 2008, elle participe à une exhibition à Tokyo en compagnie de Martina Navrátilová et de Steffi Graf (qu'elle bat 6-2, 6-3). Peu de temps après, le 6 avril, elle annonce qu'elle effectue, à 37 ans, son retour sur le circuit professionnel féminin, douze ans après avoir pris sa retraite. Elle atteint la finale du premier tournoi ITF qu'elle dispute (en avril à Gifu). Le 15 juin à Tokyo, elle bat en finale sa compatriote Shiho Akita (en), de vingt ans sa cadette. Elle termine finalement l'année 2008 au 198e rang mondial.

En 2009 à l'Open d'Australie, issue des qualifications, elle perd de justesse face à Kaia Kanepi (alors 28e) au terme d'une rencontre de presque trois heures. Puis à Wimbledon, au bénéfice cette fois d'une invitation des organisateurs, elle manque à nouveau de commettre un exploit : victime de douleurs dorsales, elle est seulement battue en trois manches par la 9e mondiale, Caroline Wozniacki. En septembre à Guangzhou, elle se hisse en finale du double dames aux côtés de Sun Tiantian. La semaine suivante à Séoul, elle remporte, avec le dossard de 155e joueuse mondiale, son premier tournoi WTA depuis son retour à la compétition, éliminant successivement Alisa Kleybanova (30e), Daniela Hantuchová (21e), puis la tenante du titre Maria Kirilenko (54e) en demi-finale et enfin Anabel Medina Garrigues (23e) en finale, la veille de ses 39 ans. Ce premier titre depuis le Classic de San Diego en 1996, fait de Date-Krumm la deuxième joueuse la plus âgée du circuit à remporter un tournoi en simple, après l'Américaine Billie Jean King en 1983. Grâce à ce succès, elle intègre le top 100 le , à la 100e place exactement. À la fin de la saison, elle profite des refus successifs de plusieurs joueuses pour participer, en tant qu'invitée, au tournoi des championnes à Bali. À la suite de la disqualification de Yanina Wickmayer, elle parvient à terminer première de sa poule, validant ainsi son ticket pour le dernier carré ; elle cède en deux manches contre Marion Bartoli, la favorite de l'épreuve. Elle termine l'année 2009 au 82e rang mondial.

Lors de l'édition 2010 de Roland-Garros, elle franchit le premier tour en éliminant Dinara Safina (finaliste en 2008 et 2009 du tournoi) : c'est ainsi la deuxième joueuse la plus âgée à gagner un match sur la terre battue parisienne, après Virginia Wade en 1985. Plutôt régulière par la suite, elle parvient à éliminer Samantha Stosur (8e mondiale) en quart de finale de l'Open du Japon, devenant la première quadragénaire de l'histoire à sortir une joueuse du top 10. Après avoir sorti l'Israélienne Shahar Peer en demi-finale, elle s'offre sa deuxième finale depuis son come-back. Battue à la conclusion par une autre vétérane, Tamarine Tanasugarn, elle manque alors l'occasion de battre le vieux record de Billie Jean King. Elle conclut 2010 dans le top 50 (46e).

Kimiko Date réalise une première moitié de saison 2011 difficile, ne parvenant pas à remporter deux matchs de suite. Le réveil sonne en juillet sur le gazon de Bois-le-Duc où elle accède aux quarts de finale. La semaine suivante, à Wimbledon, elle manque de faire chuter au 2e tour la quintuple gagnante de l'épreuve, Venus Williams, à l'issue d'une rencontre perdue 8 jeux à 6 dans le set décisif. Hormis à Carlsbad, elle ne passe ensuite plus un tour, en dix tournois, sur le circuit WTA. Associée à Zhang Shuai, elle remporte cependant à la mi-octobre le double de l'Open du Japon à Osaka, son deuxième titre seulement dans la spécialité. Retombée aux alentours de la 140e place mondiale en simple, elle enregistre jusqu'à la fin novembre d'excellents résultats sur le circuit ITF, comptant une victoire à Poitiers (contre Elena Baltacha) et deux finales à Taipei (face à Ayumi Morita) et Toyota (face à Tamarine Tanasugarn). Ces bons résultats lui valent de réintégrer le top 100 à la 87e place. En double, elle finit l'année à la 55e place.

Elle débute l'année 2012 par le tournoi ITF de Quanzhou : tête de série no 1, elle s'impose en finale face à la Hongroise Tímea Babos, lui permettant de grimper de quelques places (79e) et d'ainsi s'assurer ses entrées dans les tableaux principaux des tournois WTA jusqu'à l'automne, puisqu'elle a très peu de points à défendre. Elle perd au premier tour de l'Open d'Australie mais gagne sa rencontre de Fed Cup (groupe mondial II) face à la Slovène Polona Hercog, contribuant au large succès de son pays (5 matchs à 0). En février, associée à la Chinoise Zhang Shuai, elle atteint la finale du double de l'Open de Monterrey puis, en avril avec sa compatriote Rika Fujiwara, gagne à Copenhague. Fin avril, elle remporte en simple l'ITF de Gifu. Cependant, de juin à octobre, elle enchaîne dix défaites consécutives au premier tour des tournois auxquels elle participe. À Osaka, elle parvient néanmoins en finale du double, associée à Heather Watson, de vingt-deux ans sa cadette. Cette performance lui permet de se reprendre en simple et en novembre, elle atteint la finale au tournai WTA de Pune puis à l'ITF de Toyota, avant de gagner à l'ITF de Dubaï contre Yulia Putintseva. Ces performances de fin de saison sur lui permettent de terminer l'année à la 99e place du classement WTA. C'est une nouvelle fois la joueuse la plus âgée du Top 100, avec près de dix ans de plus que Venus Williams.

En 2013, après s'être sortie des qualifications des deux premiers tournois de la saison (Shenzhen et Sydney), elle bat sèchement au premier tour de l'Open d'Australie la douzième mondiale Nadia Petrova (6-2, 6-0). Cette victoire lui permet de devenir à 42 ans et trois mois la joueuse la plus âgée à gagner un match dans ce tournoi à l'ère Open, record que détenait depuis 1985 Virginia Wade, qui avait alors gagné un match à 39 ans. Le , en battant au second tour Shahar Peer (6-2, 7-5), elle devient la deuxième joueuse la plus âgée à atteindre un troisième tour de Grand Chelem de l'ère Open derrière Renée Richards, âgée de 45 ans et 8 jours lors de l'US Open 1979. Le surlendemain, elle perd contre Bojana Jovanovski (2-6, 6-7). Début février, associée à Casey Dellacqua, elle remporte à l'Open de Pattaya son quatrième titre en double. En avril, elle en gagne un cinquième à Monterrey aux côtés de la Hongroise Tímea Babos, battant notamment l'autre vétérante thaïlandaise Tamarine Tanasugarn. Le , elle gagne aux côtés de Chanelle Scheepers le double des Internationaux de Strasbourg. Le , à 42 ans, 8 mois et 30 jours, elle devient la joueuse la plus âgée à atteindre le troisième tour en simple à Wimbledon, après avoir défait Alexandra Cadanțu (6-4, 7-5).

En , elle réalise une belle performance à l'Open de Corée où elle parvient à se qualifier pour les quarts de finale après avoir défait Maria Kirilenko (pourtant tête de série no 2) lors du second tour (6-3, 6-1).

Quelques jours plus tard, elle parvient à passer le 1er tour du Tournoi de Tokyo à la suite de l'abandon d'Anastasia Rodionova (6-2, 4-1 ab). Elle s'incline ensuite au second tour face à Samantha Stosur sur le score de 6-3, 7-6.

En 2014, elle ne passe pas un tour en simple en Grand Chelem mais atteint pour la première fois de sa carrière les demi-finales dans un Majeur, à l'US Open aux côtés de Barbora Strýcová.

Après une médiocre saison 2015, qui la voit durablement quitter le top 100, elle subit en 2016 une double opération du genou qui la tient éloignée des courts, mais elle annonce tout de même son retour sur le circuit pour le printemps 2017, à plus de 46 ans. Finalement, le , retombée au 1191ème rang mondial, elle raccroche définitivement sa raquette, quelques jours avant son 47ème anniversaire, après une défaite 6-0, 6-0 au premier tour de l' Open du Japon (pour lequel elle avait obtenu une invitation) contre Aleksandra Krunić.

En simple dames

En double dames

Découlant d'une réforme du circuit WTA inaugurée en 2009, les tournois WTA « Premier Mandatory » et « Premier 5 » constituent les catégories d'épreuves les plus prestigieuses, après les quatre levées du Grand Chelem.

Liens externes

  • Ressources relatives au sport :
    • Fed Cup
    • Fédération internationale de tennis
    • Fédération internationale de tennis
    • Munzinger Sport
    • Tennis Temple
    • Women's Tennis Association
    • (en) Olympedia
    • (en) Sports Reference
  • (ja + en) « Site officiel »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
  • Portail du tennis
  • Portail du Japon

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Kimiko de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste